La Renouée du Japon (Fallopia japonica)

La bonne herbe du mois

En entrant au jardin, juste à droite derrière la grille, se trouve une renouée du Japon. Ses fleurs blanches apparaissent en septembre et offrent ainsi du nectar aux abeilles, aux mouches, et autres insectes encore tard dans l’année. Ses tiges meurent en hiver et la plante repousse au printemps.

Un envahisseur par excellence

Originaire d’Asie, elle a été introduite en Hollande en 1825 comme plante de décoration, mellifère (exploitable par l’abeille domestique) et pour le fourrage. Elle pousse très vite et peut atteindre trois à quatre mètres de hauteur en quelques semaines.

En France, les graines sont peu fertiles et la propagation se fait par rhizomes, c’est-à-dire par des tiges souterraines vivaces. Elle peut très rapidement envahir un espace, comme les bords d’une rivière, et alors, aucune autre plante indigène ne peut plus coexister. Elle présente donc un vrai danger pour la biodiversité. C’est actuellement une des plantes invasives les plus connues. En Suisse et en Angleterre sa culture est interdite.

Une plante médicinale

Au Japon et en Chine c’est une plante médicinale. Certaines parties sont consommables crues ou cuites.

Conseil aux jardiniers : attention à la propagation !

Méfiez-vous, car un simple petit morceau de rhizome peut rapidement donner une nouvelle plante. Les nouvelles pousses indésirables sont donc à mettre immédiatement dans la poubelle pour en éviter la propagation. Les tiges creuses sèches peuvent être utiles, et servir après l’hiver comme tuteur pour un hôtel à insectes ou encore comme matière sèche pour le compost.

Renouée du Japon : fleurs et feuilles

Renouée du Japon : fleurs et feuilles.

Une renouée du Japon envahissante au bord d’une rivière en Allemagne.

Une renouée du Japon envahissante au bord d’une rivière en Allemagne.

Texte et photos : Lothar W.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *