Débat ouvert : Pour retrouver de l’ambition, prenons notre appétit au sérieux !

Quand : Samedi 16 décembre 2017, de 17h30 à 19h00

Où : Parvis de la Basilique de Saint-Denis, Métro Saint-Denis Basilique (ligne 13)

Vous êtes jardinier, maraicher, arboriculteur, éleveur, pépiniériste, chercheur, paysagiste, enseignant, animateur pédagogique, cuisinier, restaurateur, transformateur, épicier, transporteur, livreur… et seriez prêts à voir ensemble comment étendre la culture, la connaissance, la diffusion de semences, plants, légumes, fleurs… de variétés paysannes, pour ne plus se résigner à développer des initiatives trop isolées face à la hauteur des défis alimentaires et environnementaux, et à ceux qui participent à la privatisation du vivant et des moyens de production ?

Alors cette rencontre, et la campagne « Graines d’un Paris d’avenir »* dans laquelle elle s’inscrit, est faite pour vous, pour en parler avec Graines del Païs, un réseau d’artisans semenciers lié à l’OPASE.

En savoir plus : http://www.minga.net/graines-dun-paris-davenir-pour-retrouver-de-lambition-prenons-notre-appetit-au-serieux/

Relayez l’événement : https://www.facebook.com/events/298386217339461/?active_tab=about

* Une campagne menée sur la métropole parisienne par l’association Minga, l’OPASE et l’Alliance des cuisiniers de Slow Food France pour promouvoir et développer le métier d’artisan semencier.

Minga est une organisation d’acteurs professionnels et citoyens engagés dans la production d’une économie de proximité et de qualité, au niveau local comme international. Ensemble, dans la diversité de leurs métiers, de leurs activités et de leurs statuts, les membres de Minga posent la question du travail, des solidarités et des droits à renforcer pour l’articuler aux questions sociales, écologiques et démocratiques de notre temps. Leurs divers engagements ont pour commune ligne d’horizon l’alinéa 3, article 23, de la déclaration universelle des droits de l’Homme: «Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s’il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale.»

Arrêt sur image au jardin des Nouzeaux en septembre

Parcelle de Jean-Claude

L’hôtel à insectes

Crédit photo : Pascal Coutancin

Parcelle de Cécile

Parcelle de Cécile

Parcelle de Kim

Parcelle de Kim

Parcelle de Neige

Parcelle de Neige

Parcelle de Jean-Michel. Ce tracé en forme de coeur sera planté de fleurs aux couleurs de la ville Malakoff. Rendez-vous dans quelques mois pour voir la métamorphose !

Parcelle de Jean-Michel en préparation.

Crédit photo : Pascal Coutancin

Parcelle de Henri

Parcelle de Henri

Crédits photos : Eugénie Castaldi

La chouette veille sur les Nouzeaux !
Crédit photo : Pascal Coutancin

Fête des jardins des 23 et 24 septembre 2017

L’arrivée officielle de l’automne rime avec Fête des Jardins qui a lieu cette année les 23 et 24 septembre 2017, et nous a offert, comme toujours, la possibilité de passer d’agréables moments au vert.

Pour célébrer l’événement, le jardin des Nouzeaux a exceptionnellement ouvert ses portes le samedi et le dimanche après-midi. Des adhérents, voisins ou simples visiteurs sont passés au jardin et ont pu profiter du soleil qui nous a manqué cet été.

Crédits photos : Pascal Coutancin

Un pique-nique collectif a été organisé le dimanche midi et l’après-midi s’est déroulé un atelier de création d’herbiers sur des cadres peints. Cette activité a eu beaucoup de succès auprès des enfants.

Voici les oeuvres d’art éphémères :

Crédits photos : Pascal Coutancin

 

 

Binage et limaces

Voici une contribution de Michel :

« Un binage vaut deux arrosages »

C’est un vieux dicton paysan, celui-là plein de sagesse.

En effet lorsque la terre sèche au soleil il se forme une croûte sèche en surface . Et dans cette croûte il s’est formé des petits conduits, des trous verticaux qui font s’évaporer l’eau très vite. Il est donc recommandé de les casser, avant d’arroser, par un binage de surface.

Limaces : comment les combattre efficacement et sans s’empoisonner ?

Il faut savoir qu’il y a beaucoup plus de limaces et d’escargots, que ceux qu’on voit. En effet, ils peuvent se mettre à l’abri du soleil sous terre et ressortir à la fraîche. 

Les limaces et escargots se déplacent sur leur bave. C’est là qu’on peut les bloquer, en disposant au sol un produit qui se colle à elle et l’assèche.

Il existe divers remèdes de grand-mère : coquilles d’œufs broyés, marc de café……. Leur efficacité n’est pas vraiment prouvée, et ils présentent tous des problèmes pour maintenir une quantité suffisante en surface.

Ce que le jardin nous propose c’est de disposer des copeaux de bois (sciure) au pied de nos plantes et partout où elles touchent le sol.

Conseils pratiques : ne pas laisser d’interstices aux pieds des plantes, plutôt en mettre trop que pas assez, anticiper les endroits où les feuilles toucheront le sol.

Et ça marche avec du bois, pas avec du plastique, outre le fait que nourrir vos plantes au plastique n’est pas recommandé pour la santé.

S’il n’y a plus de sciure au jardin et que vous avez une urgence on en trouve dans les rayons animaleries Bricorama, Chatillon, Truffaut la Vache Noire etc.


La cardère sauvage (Dipsacus fullonum)

Bonne nouvelle, Lothar a repris la rubrique « la bonne herbe du mois » !

Juillet 2017        

La cardère sauvage (Dipsacus fullonum)

Cette plante majestueuse, dont toutes les parties sont piquantes, peut atteindre la taille d’un homme.

Une fleur rose lilas remarquable

La floraison commence fin juin, avec un anneau qui se développe ensuite en deux anneaux haut et bas. Le nectar est seulement accessible pour les bourdons ayant une longue trompe et pour les papillons. Après la floraison, les têtes sèches peuvent rester jusqu’à l’année suivante. Elles peuvent aussi faire un beau bouquet sec dans un vase.

Le cabaret des oiseaux

Les feuilles forment ensemble à leur base un petit bassin dans lequel l’eau de pluie s’accumule pour rafraîchir oiseaux et insectes.

Une plante industrielle

Il existe une variante de cardère cultivée (Dipsacus sativus) avec une tête plus allongée, plus cylindrique, et avec des épines recourbées. Cette variante était cultivée en France jusque dans les années 80. Les têtes assemblées côte à côte sur axe, servaient à brosser la laine, en donnant un aspect moelleux. En Allemagne, un fabricant d’écharpes artisanales utilise toujours la plante pour cette technique. Le magazine « La Hulotte » a fait un beau dossier sur cette plante, sauvée de la disparition en 1983.

Cardère sauvage : fleur au début de floraison, au fond une autre plante sèche de l’année dernière.

Le cabaret des oiseaux: réservoir d’eau de pluie.

Crédits photos, Lothar W.

1ère édition de JARDINS OUVERTS en Ile-de-France

Les 30 septembre et 1er octobre prochain,le Conseil régional d’Île-de-France a décidé le lancement de la première édition de la manifestation Jardins ouverts, sur le thème du potager. Tous les jardins d’Île-de-France sont ainsi invités à ouvrir leurs portes au grand public et à proposer des animations culturelles originales en lien avec la thématique retenue.

 Dans le cadre de la nouvelle politique culturelle de la Région, cette manifestation a pour objectif de mettre en lumière la richesse du patrimoine naturel et culturel d’Île-de-France et de répondre au désir de nature des franciliens. En effet, la région la plus urbanisée de France recèle un patrimoine paysager exceptionnel pour lequel les franciliens éprouvent un intérêt croissant.

 L’ambition de la manifestation, au-delà de l’ouverture des jardins, est de développer un programme artistique et culturel permettant de mettre en valeur les jardins sous toutes leurs formes. Connaissant votre implication dans la valorisation de ce patrimoine, notamment avec le Centre nature, nous vous proposons de vous associer à cette première édition de Jardins ouverts.

Crédit photo : Sandrine Marchal

THÉMATIQUE

Un thème différent sera choisi chaque année afin de donner un ton commun à la programmation. La première édition de Jardins ouverts s’articulera ainsi autour du potager. En effet, cet aspect des jardins, encore peu mis en avant, est susceptible de toucher tous les publics et notamment les familles qui sont le cœur de cible de cet événement.

 PROGRAMMATION

L’originalité de cette initiative régionale réside dans une programmation culturelle ouverte à tous, pluridisciplinaire, insolite et conviviale. Le partage d’expériences, de pratiques, l’éveil des sens et la transmission des savoirs seront au cœur de la manifestation. Jardinage, cuisine, histoire, histoire de l’art : nous serons à votre écoute pour accompagner les initiatives et les suggestions.

Notons cette initiative dans l’attente de plus amples informations concernant une éventuelle participation du Jardin partagé des Nouzeaux.