Archives par étiquette : Jardin des Nouzeaux

Goûter de rentrée dimanche 10 mars 2019

Merci aux adhérents qui ont bravé les bourrasques et sont venus participer au goûter de rentrée. Nous avons inauguré le nouveau mobilier de jardin comme vous pouvez le voir sur les photos ci-après.

Les multiples pâtisseries ont été fort appréciées et nous n’avons pas eu une goutte de pluie !


Goûter sous la pergola
Le nouveau mobilier pour les enfants. La table sera équipée d’un petit parasol aux beaux jours.

Parcelle des enfants au jardin des Nouzeaux

La parcelle des enfants des adhérents est terminée (vous verrez le résultat sur la photo ci-après). Un parasol qui couvrira l’ensemble table et bancs se trouve dans la cabane. Cet ensemble est destiné aux petits jusqu’à 6 ans maximum. Pour les plus grands, il y a le banc vert avec la table en bois (qui sera repeint).

Il y a 8 parcelles pour des enfants des adhérents. Si vous êtes intéressés pour votre enfant, merci de le signaler. 
En cas de trop forte demande nous allons établir une « liste d’attente ». Et oui, c’est comme pour les grands! 🙂 

Parcelle des enfants

Rectificatif RV dimanche 10 mars au jardin : Goûter de rentrée à 15h00 (et non plus déjeuner)

Si le temps le permet, retrouvons-nous à 15h00 au jardin pour célébrer la réouverture du jardin. Vous êtes invités à apporter de quoi grignoter. L’association s’occupera des boissons.

A noter qu’il s’agira de la date limite pour le paiement de vos cotisations.

Sciure / paillage à votre disposition

Voici le tas de paillage livré au jardin :

Avant le déblayage
Après

Après

Après

Ce paillage est à votre disposition. Chaque adhérent peut se servir dans les tas situés des 2 côtés de l’allée. (Ne pas utiliser le paillage stocké près de la cabane dans les sacs).

Un grand merci à ceux qui ont aidé à libérer l’allée !

Eté indien au jardin en octobre

Encore du soleil au jardin en ce week-end d’octobre et de belles couleurs grâce aux tomates tardives, aux betteraves, aux pois de senteur…

Quelques adhérents nettoient leurs parcelles et arrachent les euphorbes trop envahissantes. La terre est dure comme du bois.

Eliane nous montre son plant de cacahuètes issu d’une cacahuète donnée par une dame africaine à la foire de Paris. Autre surprise, un plant ayant donné un fruit géant, aubergine espagnole ou courge ? Il reste une jolie fleur et une feuillage duveteux.

Plant de cacahuète

fleur d’aubergine ?

Une fleur femelle

Artichauts

Cornichon ventru

Visiteur à moustaches

Fête de la ville le 24 juin 2018

Un grand merci à tous ceux qui ont pu aider l’association du jardin des Nouzeaux lors de la fête de la ville le week-end dernier.
Notre jeu de piste et ABCDaire du jardin a été un succès : Bravo à tous les enfants qui ont participé !
Merci également aux visiteurs qui ont pu voter pour la plus belle des parcelles du jardin.
Ce weekend de fête s’est terminé autour d’un apéro au jardin et à cette occasion nous avons remis le prix à l’adhérent ayant la plus belle des parcelles !
Les gagnants sont :
1. Jean-Claude
2. Pascale et Henri
Toutes nos félicitations  à ces jardiniers hors pairs !

Le lauréat : Jean-Claude

Limaces et escargots, comment s’en protéger ?

Même si un certain nombre de larves ont dû périr gelées, limaces et escargots vont revenir avec le beau temps.

Crédit photo : Isabelle Artus

Si vous venez tous les jours au jardin :

Disposez une planche à plat sur le sol. Les limaces et escargots viendront se mettre au chaud en-dessous. Et il ne vous restera plus qu’à vous en débarrasser.

Vous pouvez néanmoins utiliser également de la sciure ou des copeaux fins de bois. Les gastéropodes se déplacent en glissant sur leur bave. Là où celle-ci ne peut s’étaler, ils font demi-tour.

Comment disposer de la sciure ?

Il faut en mettre avant que vos pousses ne sortent de terre. N’hésitez pas à en faire un petit monticule. Prévoyez également que si une partie de vos plantes touchent le sol, ce sera une voie d’invasion pour les limaces. Et bien sûr en cas de pluie, venez vérifier qu’elle n’a pas emporté la sciure.

Si vous prévoyez d’être absent :

N’hésitez pas à demander à un autre jardinier de jeter un œil, à charge de revanche.

Appliquez les remèdes de grand-mères, prenez en compte que certaines plantes attirent plus ou moins les limaces…..

L’essentiel des remèdes de grand-mères (coquilles d’oeufs concassés, etc ) ne sont que des variantes partant du même principe que la sciure. Le jardin des Nouzeaux achetant de la sciure, servez-vous en, il y en a à disposition dans la cabane du jardin.

Même s’il existe des plantes dont les limaces sont moins friandes, si vous tombez sur des limaces affamées, elles dévasteront votre plantation  tout de même ! Un bon tiens….

Michel

 

La guerre des multinationales de l’agro-alimentaire contre la biodiversité

Les multinationales de l’agro-alimentaire et quelques sociétés bien françaises sont engagées dans une véritable guerre mondiale contre la biodiversité et l’agriculture paysanne.

Cette guerre prend deux aspects :

  • Elles mettent au point et commercialisent des semences OGM qui ne peuvent être cultivées qu’en utilisant des pesticides, fabriquées par les mêmes sociétés
  • Elles tentent de s’opposer à l’utilisation de semences paysannes.

Qu’est-ce qu’une semence OGM ? C’est une semence obtenue par croisement génétique, éventuellement entre des espèces complètement différentes. On inséminera une variété de blé en y introduisant une semence d’ortie par exemple pour renforcer ou créer telle ou telle qualité. Et cette semence sera brevetée, on ne pourra l’utiliser qu’en l’achetant chez son fabricant. Il sera interdit d’en utiliser une fois récoltée pour la ré-semer. (Les OGM sont théoriquement stériles, mais une partie ne l’est pas).

Qu’est-ce qu’une semence paysanne ? C’est une variété obtenue de longue date, elle donne des fruits ou légumes traditionnels. Or il existe un Livre des Semences, recensant les variétés et espèces reconnues et qu’on peut utiliser sans risque légal. Mais, ô surprise, de nombreuses espèces traditionnelles n’y sont pas répertoriées. Et les utiliser autrement que pour sa consommation individuelle est illégale.

Si l’on accepte sans rechigner ces dispositions l’issue est claire : renforcée par la concentration des exploitations agricoles, les espèces traditionnelles disparaîtront, et nous serons condamnés à consommer des espèces bourrées de pesticides, souvent sans goût.

Des associations s’opposent à cette perspective dont la Confédération Paysanne, Kokopelli, qui a été trainée en justice pour cela. Kokopelli fait partie d’un réseau d’échanges et de diffusion de semences paysannes libres de droit et reproductibles (non-hybrides F1 et non OGM). C’est la raison pour laquelle l’association du Jardin des Nouzeaux adhére à Kokopelli. C’est d’ailleurs un sujet qui sera rediscuté par le CA prochainement.

En tout état de cause, ce n’est pas au moment où Carrefour se lance dans la commercialisation de semences paysannes, sous la pression de l’opinion publique, qu’il faut relâcher la pression.

Faites-nous part de vos expériences avec les semences paysannes !

Michel

La cardère sauvage (Dipsacus fullonum)

Bonne nouvelle, Lothar a repris la rubrique « la bonne herbe du mois » !

Juillet 2017        

La cardère sauvage (Dipsacus fullonum)

Cette plante majestueuse, dont toutes les parties sont piquantes, peut atteindre la taille d’un homme.

Une fleur rose lilas remarquable

La floraison commence fin juin, avec un anneau qui se développe ensuite en deux anneaux haut et bas. Le nectar est seulement accessible pour les bourdons ayant une longue trompe et pour les papillons. Après la floraison, les têtes sèches peuvent rester jusqu’à l’année suivante. Elles peuvent aussi faire un beau bouquet sec dans un vase.

Le cabaret des oiseaux

Les feuilles forment ensemble à leur base un petit bassin dans lequel l’eau de pluie s’accumule pour rafraîchir oiseaux et insectes.

Une plante industrielle

Il existe une variante de cardère cultivée (Dipsacus sativus) avec une tête plus allongée, plus cylindrique, et avec des épines recourbées. Cette variante était cultivée en France jusque dans les années 80. Les têtes assemblées côte à côte sur axe, servaient à brosser la laine, en donnant un aspect moelleux. En Allemagne, un fabricant d’écharpes artisanales utilise toujours la plante pour cette technique. Le magazine « La Hulotte » a fait un beau dossier sur cette plante, sauvée de la disparition en 1983.

Cardère sauvage : fleur au début de floraison, au fond une autre plante sèche de l’année dernière.

Le cabaret des oiseaux: réservoir d’eau de pluie.

Crédits photos, Lothar W.