Archives par étiquette : Jardin des Nouzeaux

Fête de la ville le 24 juin 2018

Un grand merci à tous ceux qui ont pu aider l’association du jardin des Nouzeaux lors de la fête de la ville le week-end dernier.
Notre jeu de piste et ABCDaire du jardin a été un succès : Bravo à tous les enfants qui ont participé !
Merci également aux visiteurs qui ont pu voter pour la plus belle des parcelles du jardin.
Ce weekend de fête s’est terminé autour d’un apéro au jardin et à cette occasion nous avons remis le prix à l’adhérent ayant la plus belle des parcelles !
Les gagnants sont :
1. Jean-Claude
2. Pascale et Henri
Toutes nos félicitations  à ces jardiniers hors pairs !

Le lauréat : Jean-Claude

Limaces et escargots, comment s’en protéger ?

Même si un certain nombre de larves ont dû périr gelées, limaces et escargots vont revenir avec le beau temps.

Crédit photo : Isabelle Artus

Si vous venez tous les jours au jardin :

Disposez une planche à plat sur le sol. Les limaces et escargots viendront se mettre au chaud en-dessous. Et il ne vous restera plus qu’à vous en débarrasser.

Vous pouvez néanmoins utiliser également de la sciure ou des copeaux fins de bois. Les gastéropodes se déplacent en glissant sur leur bave. Là où celle-ci ne peut s’étaler, ils font demi-tour.

Comment disposer de la sciure ?

Il faut en mettre avant que vos pousses ne sortent de terre. N’hésitez pas à en faire un petit monticule. Prévoyez également que si une partie de vos plantes touchent le sol, ce sera une voie d’invasion pour les limaces. Et bien sûr en cas de pluie, venez vérifier qu’elle n’a pas emporté la sciure.

Si vous prévoyez d’être absent :

N’hésitez pas à demander à un autre jardinier de jeter un œil, à charge de revanche.

Appliquez les remèdes de grand-mères, prenez en compte que certaines plantes attirent plus ou moins les limaces…..

L’essentiel des remèdes de grand-mères (coquilles d’oeufs concassés, etc ) ne sont que des variantes partant du même principe que la sciure. Le jardin des Nouzeaux achetant de la sciure, servez-vous en, il y en a à disposition dans la cabane du jardin.

Même s’il existe des plantes dont les limaces sont moins friandes, si vous tombez sur des limaces affamées, elles dévasteront votre plantation  tout de même ! Un bon tiens….

Michel

 

La guerre des multinationales de l’agro-alimentaire contre la biodiversité

Les multinationales de l’agro-alimentaire et quelques sociétés bien françaises sont engagées dans une véritable guerre mondiale contre la biodiversité et l’agriculture paysanne.

Cette guerre prend deux aspects :

  • Elles mettent au point et commercialisent des semences OGM qui ne peuvent être cultivées qu’en utilisant des pesticides, fabriquées par les mêmes sociétés
  • Elles tentent de s’opposer à l’utilisation de semences paysannes.

Qu’est-ce qu’une semence OGM ? C’est une semence obtenue par croisement génétique, éventuellement entre des espèces complètement différentes. On inséminera une variété de blé en y introduisant une semence d’ortie par exemple pour renforcer ou créer telle ou telle qualité. Et cette semence sera brevetée, on ne pourra l’utiliser qu’en l’achetant chez son fabricant. Il sera interdit d’en utiliser une fois récoltée pour la ré-semer. (Les OGM sont théoriquement stériles, mais une partie ne l’est pas).

Qu’est-ce qu’une semence paysanne ? C’est une variété obtenue de longue date, elle donne des fruits ou légumes traditionnels. Or il existe un Livre des Semences, recensant les variétés et espèces reconnues et qu’on peut utiliser sans risque légal. Mais, ô surprise, de nombreuses espèces traditionnelles n’y sont pas répertoriées. Et les utiliser autrement que pour sa consommation individuelle est illégale.

Si l’on accepte sans rechigner ces dispositions l’issue est claire : renforcée par la concentration des exploitations agricoles, les espèces traditionnelles disparaîtront, et nous serons condamnés à consommer des espèces bourrées de pesticides, souvent sans goût.

Des associations s’opposent à cette perspective dont la Confédération Paysanne, Kokopelli, qui a été trainée en justice pour cela. Kokopelli fait partie d’un réseau d’échanges et de diffusion de semences paysannes libres de droit et reproductibles (non-hybrides F1 et non OGM). C’est la raison pour laquelle l’association du Jardin des Nouzeaux adhére à Kokopelli. C’est d’ailleurs un sujet qui sera rediscuté par le CA prochainement.

En tout état de cause, ce n’est pas au moment où Carrefour se lance dans la commercialisation de semences paysannes, sous la pression de l’opinion publique, qu’il faut relâcher la pression.

Faites-nous part de vos expériences avec les semences paysannes !

Michel

La cardère sauvage (Dipsacus fullonum)

Bonne nouvelle, Lothar a repris la rubrique « la bonne herbe du mois » !

Juillet 2017        

La cardère sauvage (Dipsacus fullonum)

Cette plante majestueuse, dont toutes les parties sont piquantes, peut atteindre la taille d’un homme.

Une fleur rose lilas remarquable

La floraison commence fin juin, avec un anneau qui se développe ensuite en deux anneaux haut et bas. Le nectar est seulement accessible pour les bourdons ayant une longue trompe et pour les papillons. Après la floraison, les têtes sèches peuvent rester jusqu’à l’année suivante. Elles peuvent aussi faire un beau bouquet sec dans un vase.

Le cabaret des oiseaux

Les feuilles forment ensemble à leur base un petit bassin dans lequel l’eau de pluie s’accumule pour rafraîchir oiseaux et insectes.

Une plante industrielle

Il existe une variante de cardère cultivée (Dipsacus sativus) avec une tête plus allongée, plus cylindrique, et avec des épines recourbées. Cette variante était cultivée en France jusque dans les années 80. Les têtes assemblées côte à côte sur axe, servaient à brosser la laine, en donnant un aspect moelleux. En Allemagne, un fabricant d’écharpes artisanales utilise toujours la plante pour cette technique. Le magazine « La Hulotte » a fait un beau dossier sur cette plante, sauvée de la disparition en 1983.

Cardère sauvage : fleur au début de floraison, au fond une autre plante sèche de l’année dernière.

Le cabaret des oiseaux: réservoir d’eau de pluie.

Crédits photos, Lothar W.

Report de l’atelier de mercredi 21 juin : Atelier Pop-up sur le thème du jardin -> reporté en septembre 2017

Merci de noter le report de l’atelier Pop-up.
Nos animatrices Chantal et Laura préfèrent repousser ce rendez-vous en septembre en raison des fortes chaleurs.
Chantal vous propose un atelier créatif au jardin partagé des Nouzeaux
mercredi 21 juin après-midi, à 15h00
« Atelier pop-up sur le thème du jardin »
A partir de techniques de base simples, vous pourrez réaliser de très jolies choses que les enfants pourront rapporter chez eux ou exposer dans la cabane du jardin des Nouzeaux.

Matériel :
Chaque participant peut apporter du matériel qui sera mis en commun.
Papier couleur : tout type de papier, récupération bienvenue
Ciseaux : chaque enfant peut apporter ses ciseaux à bouts ronds, (les adultes apportent les leurs).
Colle : en tube pour les enfants, néoprène pour les adultes : colle plus résistante mais il faut éviter que les enfants la manipulent sans surveillance.
Support : (set de table ou planche, carton à dessin, tapis de découpe si vous avez déjà ça chez vous, pour ne pas travailler directement sur la table).

Venez avec votre imagination !

Illustration du mois de mai

La rubrique illustration/photo du mois au jardin des Nouzeaux reprend du service après une période d’hibernation. Amis adhérents, n’hésitez pas à nous adresser vos clichés ou illustrations du jardin.

crédits photo : Eugénie

Samedi 13 mai 2017, citoines irisés, posés sur les iris nous accueillent au jardin.

Illustrations du mois de juin par Sandrine

Campanule, mauve, escholtzia, ciste, pavot

et autres beautés du jardin…

Photo nouzeaux-sandrine 3photo sandrine nouzeaux-2photo sandrine nouzeaux-4Photo nouzeaux-sandrine 1Avez-vous remarqué cet insecte vert sur la fleur du ciste ? Eh bien, j’ai appris qu’il s’agissait d’un coléoptère nommé Oedemere noble (Oedemera nobilis). Et celui ci qui se balade sur la fleur est un mâle. Il se distingue de la femelle car il possède des « cuisses » hypertrophiées. C’est un insecte qui a un rôle actif dans la pollinisation des fleurs.

photo nouzeaux-sandrine 5

Crédits photos : Sandrine Marchal

 

 

 

 

Fête de la ville – Notre jardin debout : à quoi rêvez-vous ?

A l’occasion de la fête de la ville nous avons organisé un Jardin debout, sur le thème :
« A quoi rêvez-vous ? »

Une animation toute simple qui consistait à écrire son rêve sur un papier coloré, les rêves venaient ensuite décorer la grille du jardin.

Par chance la météo  nous a épargnés, et ce fut un moment très poétique. Les jardiniers, promeneurs, se sont prêtés au jeu. L’occasion d’échanger, dans une agora verdoyante.

Nous avons partagé un goûter, de délicieux gâteaux faits par Pascale et Abdallah, fait connaissance avec de nouveaux adhérents. Des idées d’ateliers ont émergé pour continuer à faire vivre notre jardin partagé.

Merci à tous ceux qui étaient présents, à Chrystèle, Irena et Virginie pour leur soutien.

Chantal

Quelques photos souvenir de cet après-midi :

chantal-fête-de-la-ville

L’animation « Jardin debout » avec Chantal

P1050835

Chaque visiteur note « son rêve »

P1050851

des petits mots colorés et inspirés

P1050864

un rêve de plus à notre collection

P1050849

Pendant ce temps, certains s’activent avant la pluie

P1050858

Crédits photos : Chrystèle