Le coquelicot (Papaver rhoeas)

La bonne herbe du moisC’est le moment ou la couleur rouge du coquelicot colore le jardin, tout comme les impressionnistes, dont Monet, coloraient leur toile, fascinés par cette fleur. Avec ses quatre pétales, la fleur est fragile et ne fleurit pas plus que trois jours. D’autres fleurs prennent alors le relais. Le coquelicot est légèrement toxique, mais certaines parties sont consommables.

 Le coquelicot, une plante messicole
Depuis longtemps le coquelicot accompagne les cultures agricoles, souvent dans les champs de blé. Avec d’autres plantes comme le bleuet, il fait partie des plantes dites messicoles qui vivent dans les moissons. Mais avec l’utilisation des herbicides, elles ont presque disparu des champs.

Un cousin du coquelicot : le pavot somnifère

Le pavot somnifère est la plante qui produit l’opium. Cette substance contient de la morphine et d’autres alcaloïdes. Connu depuis 6000 ans avant J.C., le pavot somnifère est l’une des plus anciennes plantes cultivées par l’humanité.

Bien dosé, l’opium permettait d’adoucir les douleurs et rendait possible des opérations importantes. Abusé comme drogue, sa culture est aujourd’hui réglementée. Le pavot que l’on trouve dans les pains et pâtisseries provient de la même plante. Ses graines noires rendent le strudel au pavot encore plus délicieux.

 Texte et photo : Lothar W. Coquelicot - La bonne herbe du moisUn coquelicot au bord de la bande végétalisme. Des pucerons sont attirés par la capsule.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *